Vous êtes ici :

Accueil Accueil Pas-de-Calais TV Les métiers d'accueil à domicile : l'assistant familial

Les métiers d'accueil à domicile : l'assistant familial

publié le 10 septembre 2012

Vidéo (http://echo62.com/var/cg62/storage/video/619881.mp4)
Témoignage de Muriel Leflecher et Benoît Tirlemont, assistants familiaux à domicile.

Muriel Leflecher explique les raisons les raisons qui l'ont poussée à devenir assistante familiale : J'ai choisi de faire ce métier afin de pouvoir conjuguer ma profession et ma présence auprès de mes enfants, car c'était très important pour moi de pouvoir être auprès d'eux.

Benoît Tirlemont, lui aussi assistant familial, témoigne : Il est primordial d'en parler avec ses propres enfants et de ne se lancer dans le métier que s'ils sont d'accord.

Muriel Leflecher reprend : Les qualités requises pour exercer ce métier sont la disponibilité, l'organisation, l'attention. Il faut également avoir une bonne communication et un bon dialogue pour pouvoir, en cas de besoin, téléphoner à son référent, appeler les parents, etc.

Benoît Tirlemont poursuit : Le plus dur est de tendre ses bras à l'enfant et lui parler, car il a toujours une crainte lorsqu'il arrive brutalement chez une famille d'accueil.

Muriel Leflecher explique comment elle est devenue assistante familiale : J'ai effectué une démarche auprès du Service Départemental de PMI. Suite à cela, mon mari et moi, ainsi que les enfants, avons passé un entretien avec l'assistante sociale où nous avons discuté du métier. Elle a ensuite visité le logement afin de s'assurer qu'il était adapté. Tous les 5 ans, nous avons un renouvellement d'agrément à faire. En fait, nous travaillons sur un projet éducatif que nous menons en lien avec les travailleurs sociaux, tout cela dans le but d'aider l'enfant à grandir, de l'amener à être autome et de l'accompagner dans ses relations avec ses parents. Et d'avancer dans son histoire, ajoute Benoît.

Face à la difficulté de son métier, Muriel explique comment elle y fait face au quotidien : Je me rends régulièrement aux réunions de Service ainsi qu'aux groupes de parole car j'ai besoin de me sentir écoutée, soutenue et conseillée. Il est toujours bon d'avoir un avis différent. Cela permet aussi de nous protéger. Pourquoi ? Tout simplement parce que nous avons parfois affaire à des familles plus ou moins envahissantes. Nous pouvons alors nous retrancher derrière le Service.

Benoît complète : Nous sommes en formation de 240 heures sur deux ans afin de passer un Diplôme d'État d'assistant familial.

Il s'agit d'une lourde responsabilité. Cela représente un engagement total car c'est du 7j/7 24h/24, précise Muriel.

Mais Benoît positive : L'avantage est de pouvoir rester chez soi, et nous avons le plaisir dans ce métier de partager les joies de l'enfant, ses colères, etc.

C'est un métier enrichissant, vivant. De plus, il me permet de bénéficier d'une certaine souplesse dans l'organisation de mon travail, conclut Muriel.


Réalisation : Direction de la Communication, Vadim Gressier